Rencontre avec l’administration québécoise

Et voilà, mon premier post depuis le début de mon semestre au Canada. Rappel, pour ceux qui ne suivraient pas. J’effectue pendant 4 mois un semestre intégral d’apprentissage en anglais. Au programme, 4 modules scientifiques, Programming Methods, Engineering Communication et j’en passe et des meilleures.

Je vis donc pour les 4 prochains mois, ici-même, au Québec.

Après prés de 7 heures d’avion, me voici donc arrivé. Je passe sur le trajet puisqu’il s’est bien déroulé. Pas de surprise à la douane ou à l’embarquement au niveau des Rayons X. A l’arrivée, nous avons, à tort, fait la totale puisque nous nous sommes rendus à la douane et à l’immigration (le deuxième bureau aurait pu être évité et nous aurions alors gagné un peu de temps). Concernant, le transport jusqu’à l’appartement, nous avons pu nous “procurer” un petit “taxi-vanne” qui nous a emmené nous et nos XX bagages.

Je suis environ à 30 minutes de l’université dans laquelle je vais, à savoir Concordia University (ça en jette ? non pas plus que ça!). Jusqu’ici je n’ai eu qu’une semaine de cours mais j’ai déjà pu me rendre compte que mon emploi du temps n’était pas très éprouvant. Je n’ai que quelques cours chaque jours sauf le mercredi ou je termine à 21h20 mais je commence à 16h15 donc, ça va c’est encore vivable. Après, il ne faut pas oublier le travail personnel, à la maison…

Jusqu’ici nous avons occupé le plus clair de notre semaine à des tâches plutôt déplaisantes dans le sens où nous avons dû nous confronter à l’administration québécoise. Certes plus efficace que l’administration française mais pas plus rapide, loin de là!

  • Obtention de la carte d’étudiant, 20 minutes de queue.
  • Obtention de la lettre officielle de l’université, 30 minutes.
  • Sécurité sociale étudiante, 2 heures. On fait la queue pour obtenir un papier en France, puis on l’apporte à Montréal et ensuite on le rapporte signé à l’université. Ils peuvent pas gérer ça tous les 3 plutôt que de nous emmerder avec ça ?
  • Mission obtention carte de transport. Là je dis mission, puisque nous avons dû faire la queue à deux reprises.

Un petit mot donc sur la carte de transport.

Nous y sommes allés 1 heure en avance pour faire la queue et il y avait déjà pour 1 heure d’attente de personnes déjà présentes. Vous suivez ? Il faut être bon en calcul mental! Bref, après donc ces quelques heures de queue, la salope (auto-censure) vendeuse nous a “gentiment” congédiée car notre bail ne lui plaisait pas. Obligé donc de revenir!! En même temps, nous payons l’appartement au noir alors ça peut se comprendre… mais bon quand même!

Après une nouvelle attente à l’Université, nous sommes parvenus à obtenir un papier avec notre adresse postale et le logo de l’université. Dés lors, nous sommes allés refaire la queue pour obtenir la carte de transport, notre Graal à nous. Et finalement, après le même temps d’attente, nous avons pu obtenir cette carte temps convoitée.

Il faut croire que les files d’attente font parties intégrantes de la religion ou des habitudes de vie des montréalais. Pour le coup, moi ça me fait pas trop rigoler. Après être parvenu à récupéré tous ces papiers, il nous a fallu encore aller à la rencontre de la personne qui “s’occupe” (c’est un bien grand mot) des élèves ECE exilés en ces lieux afin qu’elle contrôle si tout était OK.

Bref… voilà pour cette première semaine de “cours”.