Test et installation du nouveau Intel NUC8i7HNK

Si vous avez déjà consulté mes précédents articles, vous aurez sans doute compris que je suis un fervent défenseur des mini-PC et autres machines du type Intel NUC. N’étant en effet pas un gamer ou consommateur de grosses configurations, ce type de machines s’avèrent très intéressantes puisqu’elles offrent la possibilité de construire rapidement et facilement des PC (ou serveur) sans passer par une phase de montage complexe.

De plus, ce type de mini-PC possèdent de nombreux avantages. Ils prennent moins de place puisque vous n’avez plus une grosse unité centrale sur ou sous votre bureau. Et ils n’en sont pas pour autant moins puissants puisque vous pouvez les utiliser avec des SSD, y ajouter d’important volume de RAM (16 ou 32 Go pour l’instant). Certains NUC peuvent même intégrer des processeurs i5 ou i7.

En 2016, j’avais d’ailleurs acquis un modèle équipe d’un processeur Skylake i5 NUC6I5SYH. L’objectif n’était pas de m’en servir comme d’un PC mais comme d’un petit serveur domestique. Raccordé à mon NAS Synology et équipé d’un SSD ainsi que de 32 Go RAM, il me permet d’avoir à ma disposition un certain nombre de machine virtuelles (grâce à VMware ESXi).

D’ailleurs, depuis 2016, je dispose toujours de ce NUC qui fonctionne toujours parfaitement – même démarré 24h sur 24 et 7j sur 7. 😉

Si vous regardez du côté d’autres constructeurs, vous pourrez même trouver des modèles qui intègrent de véritable carte graphique dédiée. C’est notamment le cas de la marque ZOTAC qui met à disposition des mini-PC (certes un peu moins mini) mais qui proposent en contre-partie une véritable carte graphique.

 

Bref, ce type de petite machine est parfaite pour mon utilisation. Et lorsque j’ai besoin de davantage de puissance, j’ai toujours la possibilité d’utiliser mon Shadow.

Présentation du NUC8i7HNK

Très récemment, Intel vient de sortir une nouvelle série de NUC avec des processeurs de 8ème génération Kaby Lake. Pour l’instant, les modèles i5 et i3 ne sont pas encore disponibles à l’achat mais le modèle i7 est d’ores et déjà disponible. Il est proposé en 2 versions différentes :

  • Intel NUC Core i7 Hades Canyon – NUC8i7HVK
  • Intel NUC Core i7 Hades Canyon – NUC8i7HNK

L’unique différence entre ces 2 versions se situe au niveau du processeur et de la carte graphique intégrée. La version NUC8i7HVK est composée d’un Core i7-8809G tandis que la version NUC8i7HNK intègre un processeur i7-8705G.

Dans mon cas, j’ai pu tester le modèle NUC8i7HNK avec un processeur i7-8705G. Cette version n’est donc pas overclockable mais c’est loin d’être un critère pour moi.

Dans les 2 cas, l’intérêt de ces nouveaux modèles et la raison principale pour laquelle ils ont beaucoup fait parlé d’eux c’est qu’ils intègrent un chipset graphique de type AMD Radeon RX Vega (oui, oui AMD). D’après Intel, ce type de NUC peut donc être utilisé dans des scénarios de gaming et même de VR. Plus d’infos sur ce point en consultant cet articles sur LesNumeriques.

Petit tour d’horizon… 🙂

En première approche, le packaging est clairement sympa et Intel a très bien fait les choses.

Intel met à disposition un lot complet de visses ainsi qu’une fixation VESA dans l’hypothèse où vous souhaiteriez positionner votre NUC derrière votre écran.

Il est a noter qu’à la différence du modèle NUC7I7BNH ou bien du modèle i5, cette version d’Intel NUC intègre une prise secteur qui est presque aussi volumineuse que le NUC lui-même (en tout cas en longueur – il n’est en revanche pas aussi épais). A priori, c’est un détail puisque une fois posé prés de votre multiprises vous n’y toucherez probablement plus. Mais c’est important de le noter.

Avec ce type de PC, il ne vous reste alors plus qu’à intégrer un disque dur et de la RAM. Et comme toujours, vous allez voir que c’est vraiment très simple ! 🙂

Attention, n’oubliez pas que ces nouveaux modèles de NUC ne permettent pas d’utiliser un disque dur de 2,5 ou 3,5 pouces. Vous devrez vous dirigez vers un disque dur de type M.2 / NVMe. Dans mon cas, j’ai choisi d’utiliser un 960 EVO de chez Samsung. Vous pouvez en intégrer 2 au même moment et ainsi mettre en place une solution de type RAID 0 ou RAID 1 si vous le souhaitez.

Et côté RAM, la recommandation d’Intel est d’utiliser de la DDR4 SODIMM mais en 2400 MT/s, PC4-19200. J’ai choisi d’utiliser 2 barrettes de 8 Go RAM de marque Crucial.

Comme d’habitude, le montage est très simple et Intel fournit une clef allen pour vous permettre d’ouvrir et accéder à l’intérieur de votre NUC. Il vous suffit de retirer les 6 visses sur la partie supérieur avec la clef allen pour retirer le capot noir de votre NUC.

Ensuite, débranchez le connecteur noir (en bas à droite) qui permet d’illuminer le crâne et enfin retirez la visse centrale (indiquée avec une flèche)

Une fois cette second partie métallique retirée. Vous pourrez alors accéder à l’ensemble des slots pour positionner vos composants. Une fois terminé et en fonction de vos choix de configuration, vous devriez obtenir quelque-chose comme sur l’image ci-dessous.

Il ne vous reste alors plus qu’à remettre les couvercles et les visses pour refermer le tout.

Connectique

Une fois l’ensemble monté, cette nouvelle version de NUC se présente comme un ordinateur très complet en termes de ports et de connectiques.

Sur la face avant, vous disposez d’un port SD, 2 ports USB 3, un port HDMI ainsi qu’un port USB-C et une prise micro-casque.

Sur la face arrière, vous aurez encore 2 ports USB-C, 2 ports mini-display port, 2 ports Ethernet, 1 autre port HDMI et encore 4 ports USB 3. 🙂

Comme pour les précédentes versions de NUC, le Bios est toujours aussi bien foutu. Et vous pouvez bien entendu désactiver la tête de mort colorée si ce n’est pas votre truc ! 😉

Prochaine étape, voir le test des performances. 🙂